29 décembre 2009

Dernières volontées

Une allée du pére Lachaise
photo de René Peyré

Des démarches administratives d'un autre siècle , d' un autre monde , l'inhumation avait lieu mardi dans un cimetière parisien ou jusqu'au lundi 15h 00 on ne m'autorisait pas à acquérir une concession car les documents de domiciliation présentés comportaient deux adresses .

Ce n'était pas une inhumation clandestine , je suis passée par un organisme appelé " Pompes funèbres". Tout était cadré , organisé , vérifié quatre jours avant jusqu'à ce que l'oeil sans faille d'un agent du conservatoire du cimetière détecte une anomalie et m' informe la veille des obsèques : "ce n'est pas possible ".

Plein de gens que je ne connais pas , ses amis . Il pleut . Ce fut possible , dernier clin d'oeil à une vie un peu hors normes , drôle de scénario.

Ses amis lui rendirent hommages en disant qu'elle faisait plein de trucs pour les autres , c'est vrai . Elle aidait des jeunes en difficulté , des moins jeunes, des chats , des chiens jusqu'à perdre toute objectivité .
Voulait elle se donner une raison de vivre ?

C'était un peu une cour des miracles dans un château , un monde déconnecté de la réalité , une gestion utopique de la vie , de l'objectivité au chapitre absence .

Je m'étais éloigné de ce marasme tout en sachant qu'il me faudrait y revenir un jour . Je ne souhaitais pas que ce fut pour y mettre un point final .

Elle faisait partie de ce monde ou l'on fabrique la réalité le temps d'un téléfilm , d'une projection , un monde ou l'on s'appelle ma chérie pendant la durée d'un tournage .On devient intimes quelques mois puis plus rien .

Elle avait côtoyé les plus célèbres , les moins gradés . Mardi quelques unes , uns sont venus lui dire au revoir .

Mardi j'ai du inhumer ma soeur aînée dans un cimetière parisien . Elle souhaitait une incinération qui se serait déroulée au Père La chaise avec la dispersion des cendres au jardin du souvenir , je n'ai pas été autorisée . pourquoi ? J'aurais tellement souhaité pouvoir respecter ses dernière volontés .

8 commentaires:

patriarch a dit…

L'administration n'a pas d'âme,donc pas d'état d'âme, elle applique le règlement et basta !

Sur que l'on veuille toujours respecter les dernières volontés d'une personne, mais que faire contre une administration surtout en si peu de temps !!!

Mes condoléances sincères.

Boutoucoat a dit…

Fin d' année difficile pour toi ....un passé qui resurgit douloureusement . 2010 est là et une nouvelle année commence avec ses joies et ses peines . Je te la souhaite plus douce et enrobée de bonheurs simples qui contribuent au bien être .

Laurent a dit…

Tu as fait ce que tu pouvais ! Bises

Marianne a dit…

@ Patriarch bien que plutôt révoltée d'origine , je suis pour le respect des lois et décisions mais que l'on me dise pourquoi le Procureur de la République a demandé des examens complémentaires ? J'attends toujours le rapport d'expertise médicale que je ne peux obtenir que par écrit.
Aucun interlocuteur valable et lorsque je parviens à joindre le substitut du procureur celui ci est outré que je puisse le joindre en direct et me somme de lui dire qui m'a donné son contact !

Marianne a dit…

@Boutoucoat
A mon âge on accepte de se retrouver plus souvent dans un enterrement que dans un mariage . Ce sont surtout les difficultées inutiles que je n'accepte pas . Merci pour les voeux

@Laurent J'espère avoir fait ce que je pouvais .

anita a dit…

Marianne, pardon d'arriver si tard sur ces pages. Je vous sens forte, mais je comprend votre amertume de ne pouvoir avoir du chagrin en paix à cause de tous ces tracas.
Je vous embrasse
Que 2010 vous soit riche.

Marianne a dit…

@Anita la vie continue mais pour finir selon ses voeux c'est tracasseries et bureaucratie à outrance plus côut, ce dernier élément n'étant pas le plus pénible .

Tili a dit…

Oh, Marianne, désolée d'arriver si tard.
Un grand câlin réconfortant, des sourires d'enfants et puis, quand même, le veux que l'année soit belle et heureuse.
Bises
Tili