27 mars 2007

Le salon du livre


Cela faisait plus de trois mois que je pistais Le Monsieur . Je suis allée à l'exposition organisée à l'hôtel de ville , trop tard , il était parti . Dans une librairie ou il y avait foule et la personne qui m'accompagnait devait rentrer . A Beaubourg , il était supposé ne rester qu'une heure , je n'ai même pas essayé . Donc Cher Cabu , il ne me restait plus que le salon du livre pour vous parler de Châlons sur Marne . Ce que je fis . Première galère samedi 24 mars 2007 , étant donné la météo je m'y rendis en voiture . Après l'accès facile du parking , ce fut plus de quarante minutes à descendre et monter pour trouver une place adéquate pour mon char de sept places alors que je n'ai qu'une capacité de conduite automobile me permettant de garer une quatre L .

J'arrivais le coeur battant aux éditions Hoëbeke , stand D129 , pour m'entendre dire que la dernière personne acceptée était cette grande gigue de Montpellier .
J'avais déjà sollicité un charmant Monsieur dans la queue, aux caisses, pour qu'il me prenne ma place pour me permettre de rentrer plus vite .
L'organisation de ce salon est des plus pitoyables, pas d'entrée spécifique pour les cartons d'invitation , très peu de caisses et pas de distributeurs bancaires à l'intérieur du salon .
Je ne me décourageais pas et commençais à parler avec la Montpellierine . SVP , laissez moi passer devant , ils ne verront pas que je suis en plus .
Pas très coopérative la dame , nulle , ni oui ni non! Je suis restée quand même. Et voila le résultat.
Cabu charmant , pour me faire plaisir sûrement, s'est souvenu qu'il venait voir ma soeur dans notre maison de Châlons sur marne . Ils avaient un projet graphique ensemble .
Moi qui prend mes références dans les milieux de l'Anarchie , me voila affublée des tours de l'église Notre Dame de Châlons sur Marne . Merci Monsieur Cabu , ce fut un réel plaisir de vous approcher.
Longue vie à vous Monsieur Cabu . Aujourd'hui par vos dessins dans le Parisien , vous donniez la parole aux sans voix : les chômeurs , les sans papiers , à ceux qu'on ose nommer les fins de droits . Ne pouvaient ils avoir meilleur ambassadeur ?
Continuez d'un trait de crayon à fustiger la connerie , l'intélorance et l'inacceptable , vous aurez malheureusement toujours matière à dessiner .

1 commentaire:

garance a dit…

Marianne , je suis désolée d'être aussi infidéle , je n'étais pas passée depuis un petit moment , des choses de la vie qui n'incitent pas à une grande générosité m'ont juste confiné à mon Blog ...être traitée de raciste et autre gentillesse me font perdre espoir parfois mais peut être est ce que je donne mauvaise impression ? bref en tout oui je suis une petite BOBO grande gueule un peu prétentieuse qui se la péte ....
mais je suis aussi admirative des gens comme vous , de la bonté naturelle des gens , je viens de lire ce que vous faites au quotidien et oui j'ai des choses a revoir dans ma vie , vous êtes si généreuse que j'ai honte de mon esprit somme toute bien étriqué parfois malgré mon semblant de générosité ....
je vous lis avec une géne parfois mon BLOG renvoie une image bien lisse de ma vie qui ne l'est pas autant ...
merci pour l'expo je vous promet de vous tenir au courant ...
garance