25 octobre 2008

Jusqu'au 08 novembre

Monsieur Prévert vous étiez submergé par les badauds désireux de vous rendre visite , alors vous laissant à vos admirateurs , quelques pas plus loin , rue de Rivoli je visitais les Amazones .

Traverser la maladie et s'accepter avec un corps différent c'est par l'art que les Amazones sont parvenues à retrouver dans cette asymétrie corporelle un équilibre qu'elles communiquent avec beaucoup d'humour a travers cette exposition .

A votre regard...

Amazones de tous pays, à vos appareils photo !
Pour que cette différence ne soit plus stigmatisante, multiplions les images d’Amazones !
Envoyez-nous vos clichés !
Humour et tendresse sont bienvenus.
> pour nous écrire...


Belle avec un seul sein...
Anne

6 commentaires:

Anonyme a dit…

Beaucoup d'humour dans cette exposition
Mon asymétrie m'a rendu l'équilibre

Vous appréciez Picasso , alors pourquoi pas moi

Martine

Anonyme a dit…

C'est vrai qu'il fallait oser montrer ses blessures , c'est le contraire du culte de la beauté et pourtant c'est beau.

On ne peut plus mettre son nom ?

Marianne a dit…

Effectivement je ne sais pas comment rétablir la possibilité de remettre le nom ? j'ai cherché et pas trouvé

garance a dit…

pas facile de voir ça^pour moi qui en 2000 ai subi une opération et qui s'est terminé avec l'ablation d'un bout de mon sein , je me souviens de l'horreur de mon image dans le miroir ce jour là
aprés une reconstruction j'ai réappris a aimer ce sein mais Dieu que c'est dur et pourtant si anodin quand on y pense ...
je prefere penser à Prévert
garance

Tili a dit…

Moi je suis une Amazone de moins de 40 ans et vous n'imaginez pas la somme de remarques blessantes que j'ai dû encaisser.
La société à besoin d'évoluer mais pas seulement sur son regard sur l'ablation du sein sur son regard sur le corps en général...
Merci Marianne de transmettre le message de ces femmes.

Marianne a dit…

Au delà de la maladie , c'est le choix de garder ce nouveau corps , l'apprivoiser et le montrer qui me semble être un message important a véhiculer dans cette socièté qui accepte mal la différence . Beaucoup de femmes ,seules ou en couple choisissent de ne pas avoir recours à la chirurgie réparatrice, c'est leur droit et elles se doivent d'être respectées dans ce choix au même titre que celles qui souhaitent effacer les traces de la maladie .
Dommage que cette expo ne tourne pas dans toutes les mairies de France et de Navarre .